Texte à méditer :  Le rêve d'une cellule, c'est de devenir deux cellules.   François Jacob, 1970

TWIOH

HOME

3dflagsdotcom_european_union_2fawm.gif

BEJAR

CastilleLeon.gif

POZNAN

3dflagsdotcom_polan_2fabm.gif

LLANES

Asturies.gif

Sale caractère?
AnimMachineEcrire.gif


LE PROJET
 -  TWIOH

PDF pour TWIOH
TWIOH Séminaires

LA LETTRE

01_acrobat.gif Lettre n°1 (2897 Kb)<
01_acrobat.gif Lettre n°2 (2468 Kb)<
01_acrobat.gif Lettre n°3 (1164 Kb)<
01_acrobat.gif Lettre n°4 (3347 Kb)<
01_acrobat.gif Lettre n°7 (955 Kb)<
01_acrobat.gif Lettre n°8 (210 Kb)<


Cartes pédagogiques

01_acrobat.gif Cartes de Noël (82 Kb)<
01_acrobat.gif Consommation (77 Kb)<
01_acrobat.gif Des Déchets en bijoux (78 Kb)<
01_acrobat.gif Concours de Logo (71 Kb)<
01_acrobat.gif Observation Nature (111 Kb)<
01_acrobat.gif Concours de Mascotte (76 Kb)<
01_acrobat.gif Quizz des pays (108 Kb)<
01_acrobat.gif Evénement (73 Kb)<
01_acrobat.gif Etude d'une légende (89 Kb)<
01_acrobat.gif La légende voyageuse (85.5 Kb)<
01_acrobat.gif Mobilités (107 Kb)<


ACTIONS
+ M.BASTIE-ACTIONS
+ ENVIRONNEMENT!
+ ACTIVITES
+ IDD5-2006
+ Legendes

Boîte à images


Galerie photos
+ Les Amis de Maryse
+ PHOTWIOHS

PORTE A PORTES

Collège

M.BASTIE

butler.gif
SEGPA

M.BASTIE

butler.gif
A.S

M.BASTIE

butler.gif


AMIS

Boîte à Vidocq


El Raton

Les aventures d'El Raton!


CALENDRIER


Semaine n° 50

Agenda pour les 10 prochains jours


Aucun évènement


SPINOO

Recherche CNDP


RECHERCHE





Quiztwioh-Réponse

[ Hall of fame ]

puce ELA, mon cher Watson!
puce Gastronomie du monde
puce L\'Energie niveau1
puce L\'eau
puce L\'eau déjà!
puce L\'eau sur terre
puce Les dechets
puce Les énergies
puce quiz de l\'eau


Recommander

Favoris


Traducteur

      

 


Radio

cadeau.gif

RADIOOOO


El Raton

Les aventures d'El Raton!


GEOGLOBE






VISITES

   visiteurs

   visiteur en ligne


TWIOH - Premiers pas du projet Coménius:

Le séminaire de contact à Poznan - Octobre 2004

Participer à un séminaire de contact, pourquoi pas !



C’est au cours de ma formation de PLC2 Anglais à l’IUFM de Reims que j’ai découvert la richesse des formations à l’étranger en participant à des stages de découverte des systèmes éducatifs au Danemark et à Malte. Enthousiasmée par les échanges avec les collègues danois et maltais et les visites de leurs établissements scolaires, j’avais à cœur de mieux comprendre l’Europe de l’Education. Néotitulaire à la rentrée 2003 et nommée en collège à Reims, je me suis inscrite au module de formation continue « Dimension internationale » organisé par la DARIC.

J’avais entendu parler de Coménius, Socrates, Erasmus, mais je n’avais pas une vision très claire de ce que pouvaient recouvrir les programmes européens … et j’étais alors loin de me douter que la participation à ce stage m’entraînerait en Pologne à un séminaire de contact !

En effet, peu de temps après le stage, début avril 2004, le DARIC, M. Suquet, me contacta et me proposa de m’inscrire à un séminaire de contact organisé en Pologne en octobre 2004 sur le thème du développement durable et de la citoyenneté active dans le but d’élaborer un projet européen dans mon établissement. A la fois surprise par cette proposition mais aussi très curieuse de découvrir ce que pouvait signifier cette notion de « développement durable », je demandais un délai de réflexion.

Rapidement dans mon collège, je pris rendez-vous avec mon principal pour connaître sa position par rapport à cette proposition. Avec sa « bénédiction » je réunis une petite équipe d’enseignants intéressés par la démarche : une collègue de SVT, une collègue d’histoire géographie et la documentaliste. Puis je donnais une réponse positive et acceptais de participer à ce séminaire.

J’ai profité des quelques mois qui précédaient le séminaire pour lire, faire des recherches sur Internet et mieux comprendre ce que signifiait le concept de développement durable. J’ai également profité des vacances d’été pour effectuer un stage Comenius 22C en Irlande pour renforcer mes compétences linguistiques en anglais dans l’optique du séminaire. M’exprimer en anglais et échanger sur le développement durable était tout de même très différent de m’adresser à mes classes de 6èmes !

Quelques jours avant le séminaire nous convenions en équipe de nous intéresser plus spécialement à l’environnement et au tri des déchets, et je partis en compagnie de mes collègues des autres départements de l’Académie de Reims pour la Pologne.

J’emportais dans mes bagages, le guide Socrates du candidat, une présentation Power Point de mon établissement, de la documentation sur la région Champagne- Ardenne, la ville de Reims, et bien sûr du Champagne destiné à la soirée européenne. En effet nous avions reçu avant notre départ un programme détaillé du déroulement du séminaire et dès le deuxième soir « A European evening : tastes of Europe » était prévu !

A notre arrivée en fin d’après-midi le mercredi 20 octobre à l’aéroport de Poznan, nous attendait un des membres de l’équipe organisatrice pour nous conduire à l’hôtel Polonez où se déroulait le séminaire. Dans le mini-bus nous faisions immédiatement la connaissance des collègues venant de Turquie. Rendez-vous nous était donné en soirée, pour une présentation générale des objectifs du séminaire. Munis de notre badge indiquant notre pays d’origine nous avons fait connaissance au cours du dîner des collègues venus de dix autres pays européens: République d’Irlande, Royaume-Uni, Italie, Espagne, Finlande, Islande, Allemagne, Norvège, République Tchèque et bien sûr Pologne.

Nous sommes plus de 45 participants : enseignants du primaire, du secondaire, directeurs d’écoles primaires, principaux de collèges, représentants des agences Socrates de Turquie, Royaume-Uni, France et Pologne.

L’équipe polonaise nous rappelle les objectifs du séminaire : nous permettre en quatre jours de trouver des partenaires pour établir les grandes lignes d’un projet scolaire.

Malgré la fatigue du voyage, dès le premier soir nous investissons après la réunion, une salle mise à notre disposition et mettons en place un stand par pays où nous disposons la documentation que nous avons apportée sur notre région et nos écoles. Chaque pays, chaque école a vraiment à cœur de se présenter sous son meilleur jour et c’est véritablement une sorte de « marché » qui s’organise sous nos yeux. La notion de « market place » inscrite dans le programme prend corps.

Le jeudi matin voit l’ouverture officielle du séminaire par les représentants régionaux de l’éducation, suivie d’une présentation du système éducatif polonais. Puis à tour à tour, chaque participant se présente, ainsi que son école et énonce ses attentes. Le thème du séminaire « Développement durable et citoyenneté active » est très vaste et chacun d’entre nous est arrivé avec une représentation très différente de la manière d’aborder ce thème.

L’équipe polonaise nous donne des conseils pour tirer le meilleur profit du séminaire ; elle nous rappelle que nous sommes là pour créer des projets scolaires. Ainsi il nous faut trouver des partenaires, un coordonnateur de projet, un thème commun, des objectifs, un titre, des activités, ainsi que des réalisations concrètes à mettre en œuvre.

Elle nous demande de partager nos idées avec tous les partenaires potentiels présents au séminaire et de faire en sorte de trouver le meilleur partenaire, personne avec laquelle nous aurons des intérêts communs. Ensuite viendra le temps d’élaborer les grandes lignes du projet afin de pouvoir en faire une rapide présentation en fin de séminaire.

Après nous avoir mis en place le cadre de notre travail collectif, l’équipe polonaise nous présente un exemple de projet scolaire réussi monté par un établissement polonais : « Youth literature in an international comparison ».

Dans mon esprit les idées se précisent. J’ai remarqué au cours de la présentation des partenaires, des collègues intéressés par le thème de l’environnement et le recyclage des déchets.

Durant l’après-midi nous nous répartissons en plusieurs groupes de travail en fonction des thèmes qui ont émergé au moment de la présentation. Ainsi commence un travail de réflexion en anglais avec deux collègues espagnols et deux collègues polonais. C’est assez incroyable ! Nous ne sommes là que depuis à peine vingt-quatre heures et nous travaillons en anglais au sein d’une équipe pluridisciplinaire : trois professeurs d’anglais (une espagnole, un polonais, une française), un professeur de SVT espagnol, une professeure de physiques polonaise à l’élaboration des objectifs de notre projet européen. Je dis notre projet européen car en fait tout va maintenant très vite et nous travaillons d’arrache pied à l’élaboration de nos objectifs. Nous nous sommes trouvés et nous nous prenons au jeu. Le collègue espagnol de SVT qui vient de la région de Salamanque et qui est aussi principal de son collège ne communique pas facilement en anglais. C’est l’autre collègue professeur d’anglais espagnole, Eva,venue des Asturies qui lui sert d’interprète. Il a beaucoup d’idées très intéressantes. Les collègues polonais sont ardents à la tâche et pour eux par question de « siesta time » demandé par nos collègues espagnols ! A ce moment du séminaire, je me dis que j’ai bien fait de m’y préparer car nous ne voyons pas le temps passer. Il nous faut prendre à la fois le temps de réfléchir consciencieusement à notre démarche mais aussi savoir trancher et prendre des décisions quant aux orientations de notre projet.

Le vendredi matin, est consacré à la visite d’une école de Poznan qui a mis en place un projet européen. Nous rencontrons l’équipe enseignante qui nous présente les activités mises en œuvre et les réalisations concrètes des élèves. Puis nos visites prennent une dimension culturelle avec la découverte du château de Kornik et des jardins du palace de Rogalin connu pour ses
chênes séculaires. Il fait un temps magnifique. Les arbres arborent un feuillage doré et ces excursions sont les bienvenues car nos cerveaux ont besoin de s’oxygéner pour reprendre dès le début de l’après-midi leur intense activité de création !

L’après-midi est consacré à la poursuite de notre travail en équipe et nous dégageons les objectifs de notre projet.
Nous gardons en mémoire les conseils des « experts » des différentes agences Socrates à notre disposition pour nous aider :
veiller à ne pas multiplier les objectifs, prévoir des activités réalistes, imaginer un titre simple et évocateur. Nous tâtonnons, puis soudain ma collègue espagnole s’écrie : « The world in our hands ». Nous tenons notre titre, nous avons déterminé nos objectifs, restent les activités. Le temps presse. Nous sommes déjà vendredi soir. Nous découvrons Poznan by night ! Il fait une douceur printanière.

Samedi 23 octobre : nous commençons à ressentir la fatigue. C’est vraiment un « remue-méninge » intensif, un bain linguistique, et une formidable expérience. Après une visite guidée en matinée du centre de Poznan, toujours sous un soleil éclatant, l’équipe polonaise nous donne les derniers conseils afin de mettre toutes les chances de notre côté pour passer le cap de la validation de nos dossiers dans nos pays respectifs. Elle insiste sur la nécessité de concevoir des activités réalistes, réalisables et intégrées aux programmes nationaux de nos élèves. Elle nous conseille pour la mise en œuvre du calendrier des visites de travail, et l’élaboration du budget.

Le dernier après-midi est une course contre la montre : nous devons préparer la présentation finale de notre projet et en faire part à la fin de la journée à l’ensemble des participants. Mes collègues me désignent comme rapporteur du groupe et me voilà micro en main expliquant les tenants et les aboutissants de notre projet, « The world in our hands ».

La journée a passée très vite, trop vite mais avant la dispersion des participants aux quatre coins de l’Europe le dimanche matin, nos amis polonais ont prévu une soirée d’adieu avec repas de gala, musique slave et bonne humeur ou plutôt mélancolie en ce qui me concerne. Heureusement nous repartons avec la liste des participants et leurs courriels…

Dès mon retour en France, je m’empresse de consulter ma messagerie et je reprends contact avec la coordonnatrice espagnole, Eva, des Asturies. Une collègue polonaise se trouve dans l’obligation d’abandonner car elle n’arrive pas à constituer une équipe de volontaires dans son établissement prête à s’investir dans le projet. Nous ne représentons que trois pays pour quatre écoles : l’Espagne, la Pologne, la France. Eva s’inquiète. Son agence lui conseille de trouver si possible avant février 2005 un autre pays partenaire.

Je reçois alors un courriel d’une collègue roumaine rencontrée en Irlande, professeure d’anglais. Elle me demande si je suis impliquée dans un projet européen. Je lui fais part de mon expérience polonaise et lui envoie par internet les objectifs de notre projet ainsi que les coordonnées d’Eva, notre coordonnatrice. Cristina, ma collègue roumaine entre en contact avec les autres partenaires par Internet, nous envoie le descriptif de son école, réunit une équipe dans son établissement et devient en quelques jours notre quatrième pays partenaire.

Nous sommes fin novembre. Tout va très vite. C’est pour tous quelque soit le pays, une période chargée : nombreuses réunions, conseils de classes etc…

Début décembre, je parviens à organiser dans mon établissement une réunion pour rendre compte de ma participation au séminaire. Une douzaine de collègues ainsi que le principal assiste à la réunion. J’essaie de leur communiquer mon enthousiasme. J’ai préparé un montage power point pour leur expliquer le déroulement du séminaire et le travail réalisé pendant les quatre jours en Pologne. J’insiste particulièrement sur la richesse des échanges et la bonne volonté de mes partenaires européens pour mener à bien ce projet. A la fin de mon intervention, j’obtiens l’adhésion de mes collègues de SVT, de lettres, d’arts plastiques, de technologie. Ils se disent prêts à prendre part au projet. J’insiste sur la nécessité d’entreprendre des activités réalistes, réalisables et intégrées aux programmes des élèves et cela rend le projet attractif.
Je poursuis ma campagne de communication auprès de la SEGPA et les collègues réagissent positivement. Ils prendront part au projet avec leurs élèves.

Noël, les vacances.
Janvier : dernier sprint avant l’envoi du dossier pour le 1er février 2005.
J’organise de nouveau une réunion de travail dans mon établissement pour essayer de faire émerger les activités que nous mettrons en œuvre avec les élèves. Dans le résumé du projet nous avons écrit que les activités auront pour objectifs de nous faire prendre conscience de la beauté et de la fragilité de la Nature (…), de la nécessité de préserver les équilibres écologiques pour assurer l’avenir de la planète.etc…Mes collègues sont très imaginatifs et nous mettons sur papier toute une série d’activités.
De leurs côtés, Eva et Julian en Espagne, Radek en Pologne et Cristina en Roumanie ont fait de même. Nous mettons en commun notre travail toujours par internet et Eva en coordonnatrice efficace nous propose une mouture convenant à tous.

Les soirées des deux dernières semaines de janvier se passent sur internet. Nous pesons nos mots pour affiner le résumé de notre projet, la définition des objectifs, et des activités. Toute notre correspondance s’effectue en anglais mais nos formulaires de candidature sont à remplir dans la langue de nos pays respectifs. Nous traduisons de l’anglais en espagnol, en polonais, en roumain, en français. Nous nous envoyons des messages pour obtenir des précisions sur les termes employés. Bref un travail de collaboration efficace et très formateur ! 30 janvier le dossier part à Bordeaux ! Le projet est maintenant dans les mains de nos agences respectives et nous croisons les doigts !!!
Bien sûr nous espérons la validation de notre projet, mais quoiqu’il en soit, c’est une belle expérience de travail en équipe, basée sur la confiance et sur une amitié grandissante entre les partenaires. D’ailleurs j’oubliais : je reviens juste des Asturies où j’ai découvert l’école d’Eva et ses collègues impliqués dans le projet….et Cristina m’invite à lui rendre visite cet été en Roumanie.

Sylvie Wary (Collège Maryse Bastié Reims)




Date de création : 25/03/2006 @ 14:59
Dernière modification : 28/01/2007 @ 10:11
Catégorie : TWIOH
Page lue 1523 fois


Prévisualiser la page Prévisualiser la page     Imprimer la page Imprimer la page


react.gifRéactions à cet article


Personne n'a encore laissé de commentaire.
Soyez donc le premier !



^ Haut ^










statistiques





GuppY - http://www.freeguppy.org/    Site créé avec GuppY v4.5.19 © 2004-2005 - Licence Libre CeCILL   GuppY - http://www.freeguppy.org/

Document généré en 0.11 seconde